Seniors : valoriser votre expérience sur le marché de l’emploi

Dans un contexte où la population active vieillit, l’emploi des seniors devient un enjeu majeur pour les entreprises et les décideurs politiques. Depuis la signature de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) en 2006, des efforts ont été déployés pour améliorer l’intégration et le maintien dans l’emploi des travailleurs plus âgés. Cependant, malgré ces avancées, des défis persistent, et la nécessité d’une approche inclusive et adaptative est plus cruciale que jamais. Cet article explore les dispositions légales et les pratiques émergentes visant à favoriser l’emploi des seniors, offrant des perspectives tant pour les employeurs que pour les travailleurs expérimentés.

Inclusion des seniors : Cadre règlementaire

La législation en matière d’emploi des seniors en France a considérablement évolué depuis la signature de l’ANI en 2006. Les entreprises sont désormais tenues de mettre en place des dispositifs de gestion anticipative des emplois et des compétences, adaptés à leur taille et à leurs besoins spécifiques. Ces mesures visent à favoriser le maintien dans l’emploi des seniors et à faciliter leur transition vers la fin de leur carrière professionnelle.

Au 1er janvier 2024 – Les partenaires sociaux ont été invités à négocier sur le « pacte de la vie au travail ». Cette négociation, engagée en décembre 2023, devrait être finalisée pour la fin de l’hiver 2024. Elle pourrait déboucher, en cas de conclusion d’un accord, sur un projet de loi pour l’été 2024. Elle porte notamment sur :

  • la création d’un compte épargne-temps universel (CETU) ;
  • l’emploi des seniors, sachant que le document d’orientation envoyé aux partenaires sociaux propose divers leviers d’action (renforcement de la négociation collective sur la gestion des âges en entreprise, aménagement des fins de carrières, préparation des secondes parties de carrières en renforçant l’accès notamment à la formation professionnelle, lutte contre les stéréotypes et discriminations, etc.) ;
  • la progression de carrière, les reconversions professionnelles, la prévention de l’usure professionnelle.

Les partenaires sociaux doivent aussi négocier les modalités d’adaptation de l’indemnisation du chômage des seniors notamment pour tenir compte du passage à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite.

Inclusion des seniors : Quelques exemples d’initiative

Parmi les initiatives encouragées figurent le tutorat et la transmission des savoirs et des savoir-faire, permettant aux travailleurs expérimentés de partager leurs connaissances avec les nouvelles générations. De plus, des dispositifs tels que le cumul emploi-retraite offrent aux seniors la possibilité de continuer à travailler tout en bénéficiant de leur pension de retraite.

Cependant, malgré ces progrès, des défis persistent. Les discriminations liées à l’âge demeurent un problème répandu sur le marché du travail, et de nombreux seniors rencontrent des difficultés à retrouver un emploi après une période de chômage. Il est donc essentiel que les employeurs adoptent des pratiques de recrutement inclusives, valorisant les compétences et l’expérience des candidats, quel que soit leur âge.

En conclusion, l’emploi des seniors est un enjeu crucial pour assurer la viabilité économique et sociale de notre société. En favorisant l’inclusion et en adoptant des politiques de gestion des âges en entreprise, les organisations peuvent bénéficier de la diversité des talents et des perspectives offertes par une main-d’œuvre multigénérationnelle. Il est temps de reconnaître la valeur ajoutée que les travailleurs seniors apportent à nos entreprises et de leur offrir les opportunités qu’ils méritent.

#Seniors #Retraite #Inclusion #Savoirs #RichessesHumaines

Partagez l'article !
Naomi AGBOZO
Naomi AGBOZO